Sans lui, ni Monet, ni Pissarro, ni Renoir ou encore Degas n’auraient connu le succès. Paul Durand-Ruel a pris tous les risques pour défendre ces peintres méprisés par les tenants de l’académisme connus aujourd’hui sous le nom d’impressionnistes. Portrait, par son arrière-petit-fils, d’un homme de conviction que la nage à contre-courant dans le torrent du commerce de l’art a mené jusqu’au sommet.