Le Château d’Auvers propose avec « Vision Impressionniste » une véritable plongée dans la peinture impressionniste. C’est une expérience immersive, émotionnelle et sensorielle. Les aménagements et la scénographie intègrent des technologies sons et lumières innovantes pour un rendu spectaculaire et une visite inoubliable.

Sous-titré « Naissance et Descendance », le parcours montre ce qui a inspiré l’impressionnisme, en rupture avec les codes de son temps, mais aussi ses influences sur les mouvements artistiques postérieurs tels que le précubisme, le fauvisme, ou encore l’abstraction. C’est un nouvel éclairage sur l’héritage de l’impressionnisme, sur le travail des peintres et sur la place si particulière d’Auvers-sur- Oise comme source d’inspiration, lieu d’échanges et de villégiature.

Scénographie : OMEO — Ysabel Sequeira

Concept muséographique : OMEO pour la collection départementale

 

 

  • « Le Pari(s) Impressionniste » : ce premier espace pose le contexte artistique et politique. Il montre la naissance de l’impressionnisme, notamment à partir de la peinture anglaise du XIXe siècle. Il dépeint les difficultés rencontrées par les artistes pour exposer et gagner la reconnaissance de la critique, et le rôle des marchands d’art dans le rayonnement de ce mouvement au-delà des frontières françaises.


  • « Voyage vers la lumière » : le visiteur est plongé dans l’atmosphère des gares parisiennes, grâce à des visuels, sons et odeurs qui recréent l’ambiance des gares du XIXe siècle. Il embarque et quitte le tumulte de la ville, fait route vers le calme de la campagne et Auvers- sur-Oise.


  • « Auvers et la vallée de l’Oise, territoire de peinture » : à moins d’une heure de train depuis la Gare du Nord, la vallée de l’Oise déploie ses paysages qui ont tant inspiré les peintres impressionnistes. Plus qu’une simple visite de la campagne, c’est une comparaison ludique entre les paysages de l’époque et ceux d’aujourd’hui qui est proposée.


  • « Les peintres d’Auvers » : cet espace s’attarde plus particulièrement sur les peintres qui ont un lien particulier avec Auvers-sur-Oise : Charles-François Daubigny et Camille Corot, Camille Pissarro et Paul Cézanne, puis Vincent van Gogh.


  • « L’atelier du peintre » : cette pièce est une reconstitution d’un atelier de peintre, que celui- ci vient de quitter, rendue possible notamment grâce à la société de produits beaux-arts Lefranc Bourgeois. Dans une vitrine, deux œuvres majeures de la collection départementale sont exposées : La Gare d’Argenteuil de Claude Monet (1872) et le Bateau à l’ancre à Argenteuil de Gustave Caillebotte (1891).


  • « Le postimpressionnisme » : des œuvres emblématiques des mouvements artistiques qui ont succédé à l’impressionnisme sont projetées, montrant ainsi le fabuleux héritage de ce courant.

     


  • « Cézanne, précurseur du cubisme » : un seul tableau a été choisi pour illustrer le propos de cette salle : le tableau de Paul Cézanne, Les Carrières de Bibémus. S’affranchissant des codes de l’impressionnisme, le paysage est constitué de formes géométriques identifiables.


  • « Monet, aux sources de l’abstraction » : dernière salle, elle conclut sur l’apport de l’impressionnisme sur les œuvres postérieures, relevant de l’abstraction au XXe siècle. Elle montre l’influence de Claude Monet sur Vassily Kandinsky, Jean-René Bazaine ou encore Mark Rothko.


Pour aller plus loin, découvrez nos vidéos d’experts :

 

 

impressionniste