Plus de 800 kilomètres séparent, les collines verdoyantes d’Auvers et les eaux vert pâle de l’Oise, du massif blanc qui protège l’Estaque et le bleu vif de la méditerranée. Camille Pissarro n’y viendra jamais comme Van Gogh qui s’arrête à Arles. D’autres par contre accompagneront en son refuge Paul Cézanne. Avant de rejoindre Pissarro qu’il vénère et s’installer rue Rémy,  Cézanne fuyant la déflagration de 1870 – la guerre franco-prussienne - a déjà fait un séjour à l’Estaque, qu’en voisin aixois il connait bien.  Il y retournera en 1876 puis une longue année entre 1878 et 1879 avant d’accueillir Auguste Renoir sur cette « terrasse donnant sur la mer » en 1882. Au quartier château Bovis tout proche de la gare, Renoir et Claude Monet séjourneront pour partager la jubilation créative et contagieuse de leur ami Cézanne.

Comme le décrit alors l’historien Alfred Saurel (1827-1887) le village vu de la voie ferrée « parait fort en désordre » et il imagine l’embarras des architectes chargés d’y percer quelques artères. En vagues serrées l’habitat modeste de l’Estaque se décline du pied de son massif de la Nerthe aux rives de galets de la Méditerranée, où seules, naguère, quelques maisons de pêcheurs s’abritaient du vent d’Est et du Mistral.

Puis ce petit Naples a grandi. Les tuileries sont venues grossir, avec leurs ouvriers, les rangs des pêcheurs de sardines ou, moins nombreux, de thons, de langoustes et d’oursins. Quelques belles demeures commencent à poindre aussi, annonçant la petite station balnéaire qui fera le bonheur des nantis marseillais au siècle suivant. Les Derain, Braque et autres Dufy y séjourneront.

Personne mieux que Cézanne ne peut décrire le choc esthétique qui surprend les nouveaux arrivés descendus du tramway hippotracté qui, par le chemin du littoral, leur permet dès 1875, de rallier la gare Saint Charles à l’Estaque. « Le soleil est si effrayant qu'il me semble que les objets s'enlèvent en silhouette, non pas seulement en blanc ou noir, mais en bleu, en rouge, en brun, en violet » écrit-il à son ami Pissarro en 1876 et d’ajouter, « Je puis me tromper, mais il me semble que c'est l'antipode du modelé. »

Comme d’autres avant et après lui, Cézanne se doit de partager sa vie entre la capitale où il peut espérer séduire quelques riches amateurs et les marchands d’art et cette province. Et puis, sorti de l’atelier, il se soumet à la dictature de la couleur et des lignes infinies et bousculent un peu plus encore les règles dans lesquelles on voulait l’engoncer. L’Estaque et Auvers sont finalement si proches. 

INFORMATIONS VISITEURS


Du 1 er octobre 2018 au 31 mars 2019

Les  portes du parcours culturel du Château d’Auvers

VISION IMPRESSIONNISTE « NAISSANCE & DESCENDANCE »

ouvrent de 10h à 17h 

Fermeture annuelle
du samedi 22 décembre 2018 au lundi 14 janvier 2019 inclus