Ce fut la première exposition des impressionnistes dans une galerie du boulevard des Capucines à Paris. Venait de naître la « Société anonyme des artiste peintres, sculpteurs et graveurs » à l’initiative des Monet, Renoir, Pissarro, Degas et de Berthe Morisot (1841—1895). Ils pourraient échapper au salon officiel de l’académie des Beaux-Arts. Ainsi en 1874 avec ses amis, Berthe Morisot propose plusieurs de ses toiles. Aux balbutiements de l’impressionnisme les femmes sont rares et seules Marie Cassatt et Eva Gonzalès forment un maigre trio avec l’artiste-peintre.

Berthe Morisot est issue d’une famille bourgeoise et n’est autre que l’arrière petite-nièce de Jean Honoré Fragonard.  Comme d’autres, elle est inspirée par l’école de Barbizon et comme d’autres encore, à commencer par Corot qui l’influencera, elle veut peindre sur le motif et en plein air.

Elle sera l’élève d’Edouard Manet (1). D’aucuns prétendent qu’elle fut plus encore. Une chose est sûre elle fur un de ses modèles favoris. Manet sera un temps son guide avant qu’elle ne s’en détache, ne supportant plus l’interventionnisme incessant de son maître. Cette indépendance elle la cultivera aussi au sein du groupe des impressionnistes développant sa propre démarche. Quelques observateurs voulurent à tort la qualifier de peintre du bonheur tant ses toiles reflétaient des instants de grâce et de paix. Elle a eu surtout le talent de suspendre le temps et de capturer la lumière. Ce sera donc une succession de scènes où des personnages – femmes, enfants – captent l’attention parce qu’ils sont saisis dans l’instant fragile d’un geste, ou la fugitive expression d’un sentiment.

Elle aura ses admirateurs – au nombre desquels Manet – et ses contempteurs dans les propos desquels la misogynie n’est jamais absente. Le critique Albert Wolf lancera dans le Figaro cette philippique « « Chez elle, la grâce féminine se maintient au milieu des débordements d'un esprit en délire. » Rien n’altèrera la pugnacité de Berthe Morisot qui s’impose dans les expositions impressionnistes presque dix ans durant. Les écrivains comme les peintres se bousculent autour d’elle dans sa maison parisienne et elle est considérée comme une artiste d’avant-garde. On y croise, Degas, Caillebotte, Monet, Pissarro, Renoir, Mallarmé. Le critique d’art Gustave Geoffroy s’enthousiasme dans La Justice, « Nul ne représente l'impressionnisme avec un talent plus raffiné, avec plus d'autorité que Mme Morisot ». Le même définissait parfaitement bien ce qui distingue cette femme de ses contemporains « Les formes sont toujours vagues dans les tableaux de Mme Berthe Morisot, mais une vie étrange les anime. »  Son « Vieux chemin à Auvers » illustre mieux que tout autre tableau cette propension à saisir l’instant qui passe comme son éternité gravée sur la toile. On retrouve dans les nombreux portraits qu’elle a réalisés cette touche exceptionnelle de légèreté et au final de vérité.

Une méchante grippe eut raison d’elle en 1895. Sur sa tombe au cimetière de Passy est gravé qu’elle fut l’épouse d’Eugène Manet. L’Histoire, heureusement, a retenu aussi qu’elle fut une artiste-peintre inégalée.

 

1 : Berthe Morisot fut l’épouse du frère d’Edouard Manet, Eugène. 

 

INFORMATIONS VISITEURS


Du 1 er octobre 2018 au 31 mars 2019

Les  portes du parcours culturel du Château d’Auvers

VISION IMPRESSIONNISTE « NAISSANCE & DESCENDANCE »

ouvrent de 10h à 17h 

Fermeture annuelle
du samedi 22 décembre 2018 au lundi 14 janvier 2019 inclus