Mémo et dates clés sur les Impressionnistes

  • Le mot « Impressionniste » apparait pour la première fois dans un article du journal « Le Charivari » le 25 avril 1874. L’auteur de ce texte est le critique d’art Louis Leroy qui ironise sur la toile de Monet « Impression, soleil levant ».

 

  • Les Impressionnistes s’intéressent à l’impression immédiate, à la sensation visuelle première qu’ils ont d’un paysage. Les peintres sont donc sensibles aux variations atmosphériques, aux mouvements de l’eau et de l’air, aux intensités lumineuses.

 

  • En 1859, Lefranc commercialise les premiers tubes de peinture. C’est une aubaine pour les Impressionnistes car les couleurs sont désormais maniables et facilement transportables.

 

  • Les Impressionnistes quittent leur atelier pour peindre en plein air, dans et devant la nature. Cela leur permet d’acquérir une vivacité dans la touche et une rapidité d’exécution.

 

  • La lumière joue un rôle essentiel dans leurs tableaux. Les peintres s’attachent à représenter les effets du soleil dans les feuillages, les reflets dans l’eau, les changements de couleurs en fonction des variations de lumière. Monet s’intéresse particulièrement à cela dans ses « séries » où il représente par exemple la cathédrale de Rouen à différents moments de la journée.

 

  • La palette des Impressionnistes est constituée de couleurs primaires (rouge, bleu, jaune) et de leurs complémentaires (vert, orange, violet). Longuement observée, une couleur laisse apparaître un halo lumineux chargé de sa complémentaire. Ainsi une couleur est intensifiée ou atténuée selon la couleur voisine, d’où la présence éclatante de diverses teintes.

 

  • Le geste pictural des Impressionnistes, par petites touches, ne leur permet pas d’effectuer de contours. Cette impression d’inachevé est due à la rapidité de leurs coups de pinceau, aux touches fragmentées et brèves, bien visibles sur la toile. C’est au spectateur de recomposer visuellement les formes du tableau.

 

  • Les sujets de prédilection des peintres sont la ville et ses transformations permanentes, les portraits de leurs proches et leur autoportrait, des paysages rencontrés au gré de leurs déplacements, les scènes de la vie quotidienne, des natures mortes.

 

  • A l’époque, les tableaux impressionnistes font scandale. De nombreuses toiles sont refusées dans les Salons officiels. Les peintres organisent huit expositions collectives pour se faire connaitre du public et des collectionneurs.