Vie bourgeoise et société des rues

Vie bourgeoise et société des rues. De l’autre côté, Renoir restitue les moments privilégiés de la bourgeoisie enrichie par le capitalisme industriel. Dans la salle, une barricade plus vraie que nature, jouxte la reconstitution parfaite d’un intérieur bourgeois. Des coups de feu, des cris … la Commune de Paris s’insurge.

 

Paris au début des années 1870, Bourgeois et Communards

La bourgeoisie, sujet de prédilection pour les Impressionnistes

Les impressionnistes renouvellent les sujets de leurs oeuvres et s’intéressent au beau monde de la bourgeoisie parisienne. Alors que la peinture réaliste rendait hommage aux paysans et aux ouvriers, Auguste Renoir et ses compagnons mettent en scène les fastes d’une classe enrichie par la Révolution Industrielle. Les peintres puisent désormais leurs sujets dans la vie quotidienne, alors que la prospérité contribue à l’essor de nouveaux lieux de sociabilité : salons mondains ou intérieurs privés où la bourgeoisie s’exhibe. Les oeuvres restituent les moments privilégiés et insouciants et laissent de côté les aspects plus sombres de la société. En effet, en 1871 surgit l’événement de la Commune qui démontre pourtant l’importance du peuple et son pouvoir de révolte.

 

La commune 

En 1870, Napoléon III déclare la guerre à la Prusse, malgré l’indiscutable supériorité de l’armée ennemie. Dès le 2 septembre, la même année, l’armée française du Général Mac Mahon est vaincue à Sedan, sur la rive droite de la Meuse. Napoléon III capitule. Deux jours plus tard, la République est proclamée à Paris et la guerre se poursuit. Les Prussiens siègent devant Paris, qui se rend.

Adolphe Thiers, nommé à la tête du pouvoir exécutif conservateur, tente alors de négocier les conditions de paix avec la Prusse. Le 18 mars 1871, il cherche à désarmer la Garde Nationale et à réquisitionner ses canons, ce qui provoque l’insurrection de la Commune de Paris. Deux mois plus tard, le mouvement est réprimé avec une grande violence : la semaine sanglante fait plus de 20 000 victimes.