L’impressionnisme ne constitue pas l’héritage culturel unique d’Auvers-sur-Oise. Ainsi durant des décennies, la vigne auversoise a-t-elle offert l’un des meilleurs vins du Bassin parisien. Un patrimoine tombé dans l’oubli que Jean-Claude Pantellini, le président du pressoir auversois, et son compère Gérard Dumain, maître de chai, ont contribué à ressusciter avec succès au début des années 2000. Et comme Auvers n’est pas une ville comme les autres, les enfants ont eux aussi le droit de goûter aux joies de la vigne. Avec modération, cela va de soi…