Le château

Le château

Le Château d’Auvers-sur-Oise fut construit au XVIIe siècle, vers 1635, par Zanobi Lioni, un riche financier italien de l’entourage de Marie de Médicis. Encerclé par un terrain boisé, l’édifice possédait alors un toit en terrasse à la mode italienne, d’harmonieux jardins aménagés en terrasses successives, des bassins et fontaines, deux orangeries au nord et au sud ainsi qu’un belvédère surplombant le village et la vallée de l’Oise.

En 1662, le château fut vendu à Jean de Léry (ou Leyrit), conseiller, maître d’hôtel du roi, président-trésorier de France et général des finances. Il transforma le castel italien en château à la française.

Le domaine, érigé en fief, était constitué d’une grande maison, de plusieurs bâtiments, d’une cour, d’une basse-cour, d’un jardin bas relié par un pont et de quelques dépendances. Le nouveau propriétaire obtint également le droit de chasse sur l’étendue de la seigneurie d’Auvers ainsi que le droit de banc dans le choeur de l’église d’Auvers.

C’est par ailleurs dans ce choeur que Jean de Léry fût inhumé après sa mort, en 1692.

1635 - 1692

En mai 1720, le château devint la propriété de la famille d’Espréménil. Peu après, vers 1756, le bâtiment subit une transformation complète : la façade nord de style Louis XIII fut maintenue, mais la façade sud fut reconstruite, et le tout flanqué de deux pavillons.

En 1765, après la mort de son propriétaire, le château fut revendu au prince de Conti. Celui-ci ne vivait à Auvers qu’à de rares intervalles, au moment de la chasse. À quelque distance au nord de la porte d’entrée, on peut encore voir le nymphée érigé à cette époque, une grotte artificielle en forme de dôme toute tapissée de coquillages, sur laquelle apparaît le monogramme des Conti.

Le Château d’Auvers changea à nouveau de propriétaire en 1779 pour M. Louis Claude Chéron de la Bruyère, député de l’Assemblée législative. Emprisonné pendant la Révolution, puis libéré, il fut nommé maire d’Auvers, puis préfet de la Vienne en 1805. Son fils Henri, maire en 1825, resta à Auvers jusqu’à la fin de sa vie et se consacra sans relâche au Château. Pendant son mandat, le Conseil décida que le pont et l’escalier du château seraient exemptés des prescriptions d’alignement parce qu’ils faisaient partie de l’ancien domaine du prince de Conti, « souvenir historique et ornement de la commune ». Alphonse Chéron, troisième de la lignée, vendit le château à la famille Gosselin en 1882, qui le conserva jusqu’en 1939.

Acquis en 1987 par le Conseil général du Val-d’Oise, le Château d’Auvers a été entièrement restauré. Entre 1994 et 2016, le château a abrité le parcours multimédia « Voyage au temps des Impressionnistes », qui rendait hommage aux peintres qui ont tant marqué la vallée de l’Oise.

1692 - 2017