Le château d’Auvers-sur-Oise n’est pas l’un de ces temples de l’architecture classique, dont les portes ne s’ouvrent qu’à l’occasion des journées du patrimoine. C’est un authentique lieu de vie, aux vocations multiples, accessible à tous. Petit tour d’horizon des plus belles facettes de ce joyau discret.

 

 

 

 

Marcher dans les pas des impressionnistes

Le nouveau parcours du château retrace l’histoire de l’impressionnisme, de la naissance du mouvement à ses héritiers. Il invite le visiteur à une balade immersive dans l’univers des maîtres ayant séjourné dans la vallée de l’Oise, de Daubigny à Pissarro, en passant par Cézanne, Monet et bien sûr, Van Gogh. Fondé sur un parti-pris scénographique fort, le parcours accorde une place essentielle à la projection d’images en haute résolution et à la diffusion de sons propices à l’immersion. La nouvelle scénographie du château plonge ainsi le visiteur au coeur d’une histoire sensorielle de la peinture, convoquant de manière originale l’oeuvre, mais aussi la parole des artistes.

Le Nymphée, nouvel écrin des arts de la table

Lieu de culture, le château d’Auvers-sur-Oise accueille également en son sein un restaurant de qualité. Anciennement appelé L’Impressionniste Café, celui-ci a récemment fait peau neuve et se nomme désormais Le Nymphée. Si le décor s’est agrandi et a gagné en épure, la cuisine de son chef, Grégory Urios, est restée fidèle aux principes de générosité, de fraîcheur des produits et de saisonnalité qui lui sont chers. Accessible à partir de 14,50€ au déjeuner du mercredi au dimanche, la table du chef s’ouvre désormais les vendredis et samedis soir. L’occasion de découvrir, en amoureux ou entre amis, les classiques de la cuisine française qu’il se plaît à revisiter, ainsi que ses spécialités, comme le saumon fumé et le foie gras. Maison naturellement…

Le parc du château, classique classé

Construit en 1635, le château est doté d’un magnifique parc, sur lequel veille jalousement Martine Loobuyck depuis plus de 15 ans. Conformément à la volonté de préservation du patrimoine local exprimée par le conseil départemental du Val d’Oise, le plan originel du site a été scrupuleusement respecté. Au confluent de plusieurs influences, il déploie ses charmes sur plus de huit hectares, entre rigueur des jardins à la française, harmonie des terrasses de style Renaissance italienne, et liberté boisée d’inspiration anglaise. Classé dans l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1987, le parc abrite de superbes iris, plantés dans les massifs des terrasses et dans le parc. Les visiteurs peuvent ainsi admirer en saison l’iris Château d’Auvers, fleur unique en son genre créée par Richard Cayeux. A moins qu’ils ne se laissent tenter par les courbes végétales du labyrinthe de charmilles qui jouxte le château…

Un patrimoine accessible à tous

Si faire du château un endroit accessible à tous a toujours été une priorité, les récents travaux d’aménagement dont il a fait l’objet en 2017 ont largement renforcé cette vocation. Objectif : offrir le maximum d’autonomie aux personnes touchées par le handicap. Places de parking supplémentaires, interphones spéciaux, rampe d’accès dotée d’un fauteuil élévateur, chemin de pavés sciés : tout a été pensé pour que les personnes à mobilité réduite puissent jouir pleinement du nouveau parcours culturel du site. Un parcours qui a été également pensé pour les malvoyants, et qui intègre notamment une signalétique en braille.

Un site à voir et à revoir

Le château n’est pas à proprement parler un musée traditionnel. Doté d’un parcours scénographique audacieux, mêlant respect et mise en scène innovante de l’héritage culturel internationalement reconnu de la région, il invite le visiteur à découvrir l’oeuvre des maîtres d’une manière totalement inédite. Une découverte qui en appelle bien d’autres, dans un lieu habitué à se réinventer. Si sa construction remonte au règne de Louis XIV, et qu’il conserve le cachet dont la résistance au temps drape d’ordinaire les bâtiments historiques, le château demeure en effet un lieu vivant, propice à la convivialité et à la déambulation rêveuse.